Partie III. Mise en œuvre

Article: Article 13 : journalisme et publicité

Directive relative à la distinction entre publicité et journalisme adoptée par le Conseil de déontologie journalistique le 15 décembre 2010

 

 

Introduction

 

La relation entre publicité et journalisme constitue un débat ancien. Dès 1971, le texte conclu entre les associations professionnelles de journalistes des 6 pays fondateurs de la future Union européenne, texte devenu la Déclaration des devoirs et des droits des journalistes en 1972, l’évoquait.

S’il n’est pas neuf, cet enjeu est devenu plus aigu. Les circonstances susceptibles d’entraîner, volontairement ou involontairement, une confusion entre le journalisme et la publicité sont plus sophistiquées, notamment dans le cadre des nouveaux médias. Les modalités sont devenues plus subtiles.

Les journalistes ne sont pas seuls concernés, loin de là. Si certaines attitudes, de la part de certains d’entre eux, témoignent d’ignorance ou de mépris des règles déontologiques, dans bien d ‘autres cas, les transgressions s’expliquent par l’intervention d’autres catégories d’intervenants : rédactions en chef – éditeurs – services graphiques – régies publicitaires – départements de promotion – annonceurs – sponsors... Des rapports de force se nouent…

Chaque acteur est concerné à sa manière. Certains ont leur propre déontologie. Le CDJ ne se substitue pas aux instances existant dans ces secteurs pour encadrer leurs activités, mais veut les sensibiliser au respect de la déontologie journalistique.

Par exemple, les contenus publicitaires ne relèvent pas du CDJ, mais du Jury d’Ethique Publicitaire . Par contre, la cohabitation publicité / journalisme, avec les risques de confusion et de pression, concerne, elle, la déontologie journalistique (et en partie la loi ; donc, pour les médias audiovisuels des Communautés française et germanophone, le Conseil supérieur de l’Audiovisuel et le Medienrat).

Tous les médias sont concernés : presse écrite quotidienne et périodique, radio, télé, internet…

Certains services audiovisuels ou publications posent cependant des problèmes spécifiques parce que, par nature, ils ont vocation à être des instruments de relations publiques : presse d‘entreprise, custom publishing… Sauf exceptions, la participation de journalistes à ces publications ou services est contraire à la déontologie.

 

Lexique

Dans ce texte, on entend par :

 

Publicité :

Au sens le plus large, toute démarche promotionnelle non guidée par les critères journalistiques, qu’elle soit à vocation commerciale ou de relations publiques. Cela inclut donc notamment la publicité au sens strict, la communication d’organisations en tout genre, les suppléments à l’apparence rédactionnelle mais à contenu promotionnel, les émissions réalisées pour le compte d’un donneur d’ordre.

 

 

Parrainage ou sponsoring :

Association d’un tiers à la diffusion d’une émission d’information ou à la publication d’un article afin de bénéficier d’une visibilité, sans interférence de sa part dans le contenu. S’il y a interférence, le produit est assimilé à de la publicité. Déontologiquement, cette interférence a lieu notamment lorsque

- des contrats de partenariat signés par des entreprises de médias imposent une couverture journalistique d’événements ;

- des sponsors imposent la visibilité de leurs marques ou logos dans une émission d’information.

 

 

Bartering :

Le fait pour une marque de produire un programme à diffuser par un média en échange d’un espace publicitaire.

 

 

Journalisme :

Activité de collecte, rédaction, production et/ou diffusion d’informations par le biais d’un média, au profit du public.

 

 

Rédaction :

Equipe contribuant à l’activité journalistique au sein d’un média sous la responsabilité d’une rédaction en chef. Elle peut réunir des salariés et des pigistes, des journalistes professionnels ou non.

Doivent notamment être considérés comme « extérieurs à la rédaction » les annonceurs, les services de collecte d’annonces publicitaires, les services de promotion et commerciaux, les agences de communication, les partenaires commerciaux ou promotionnels d’un éditeur ou d’un prestataire de services externe.

 

 

 

Principes de base

 

1. La présence de publicité dans les médias n’est pas remise en cause.

 

Sont problématiques, par contre :

 

- l’influence que cette publicité peut avoir, intentionnellement ou non, sur le contenu rédactionnel (censure, autocensure, engagement des régies envers des annonceurs à publier du rédactionnel juxtaposé à la publicité…) ;

- les risques de confusion qui entraînent une exigence de clarté pour le public destinataire entre la démarche publicitaire et la démarche journalistique. Le public a droit à une information indépendante ;

- la participation de journalistes à des contenus publicitaires ;

- la participation d’annonceurs ou de régies à des contenus présentés comme journalistiques.

Sur ces questions, la déontologie journalistique a ses propres règles, parfois différentes de celles des autres acteurs.

 

 

2. Publicité et journalisme peuvent cohabiter, mais la première ne doit pas influencer le second.

Accepter une pression aboutissant à taire ou au contraire à faire passer des informations, céder à une influence sur les choix rédactionnels d’aborder ou non certains sujets, de consacrer ou non une séquence, un article, une émission à tel ou tel sujet… est contraire à la déontologie des journalistes. Ceux-ci ont le devoir, en vertu de leur déontologie, de garder un état d’esprit indépendant et un recul critique par rapport aux sujets qu’ils traitent. Il est de la responsabilité des rédactions en chef de s’opposer à de telles pressions sur leurs collaborateurs.

 

 

3. La citation de marques, entreprises, personnalités, institutions… doit répondre aux seuls critères journalistiques.

Les médias sont invités à signaler à leur public qu’ils respectent ce principe, par une mention comme : « La rédaction garantit à ses lecteurs que son travail journalistique s’effectue toujours en toute indépendance par rapport aux noms et marques cités.»

 

 

4. La juxtaposition de journalisme et de publicité doit donner lieu à une différenciation formelle de nature à éviter toute confusion dans l’esprit du public, quel que soit le support : écrit, télévision, radio, site web…

Cette obligation est non seulement déontologique, mais aussi légale (loi sur les pratiques du commerce, régulation de l’audiovisuel et contrôle par le Conseil supérieur de l’Audiovisuel et le Medienrat…).

Toute production à caractère publicitaire aux apparences journalistiques bien que n’émanant pas de journalistes doit être signalée visiblement par une mention distinctive comme « publicité », « publireportage », « ce texte n’engage pas la rédaction ».

Les articles, émissions ou reportages « clés sur porte », émissions concédées, tribunes… fournis par des intervenants extérieurs doivent être présentés comme tels, distincts de l’information.

 

 

5. La déontologie interdit aux journalistes de collaborer à des démarches publicitaires.

Pour les journalistes professionnels, « toute activité ayant pour objet la publicité est exclue, si ce n’est en qualité de directeur de journal, d’émissions d’information, d’actualités filmées ou d’agences de presse » (loi sur l’agréation des journalistes professionnels, 1963). Il est de la responsabilité des rédactions en chef de s’opposer à des demandes ou pressions à l’encontre de cette exclusion. Lorsqu’il s’agit de promouvoir des initiatives de type humanitaire ou non-marchand, la prudence est de mise pour distinguer la présentation de la cause concernée et la promotion des organisateurs. Il en va de même pour le mécénat, qui ne peut appeler de contrepartie promotionnelle.

La collaboration de journalistes à la publicité pour leur propre média ou programme est tolérée mais doit être clairement identifiable. Aucun journaliste ne peut toutefois y être contraint.

 

 

Directive

Garantir au public une information vraie

 

1. L'activité journalistique implique de rechercher pour la fournir au public une information vraie et indépendante, qui doit être dénuée de toute démarche publicitaire ou de propagande.

 

2. Cette obligation entraîne le droit et le devoir de refuser toute pression sur les contenus informatifs et toute directive éditoriale n’émanant pas des responsables de la rédaction concernée.

 

3. L’indépendance d’esprit et la distance critique sont des conditions d’exercice du journalisme. Toute personne exerçant cette activité doit les respecter.

 

4. Les responsables de la rédaction doivent s’opposer aux pressions portant atteinte à ces exigences.

 

 

Mise en œuvre :

Les responsables des rédactions sont les garants du respect des règles imposées aux personnes exerçant une activité journalistique. Ils doivent veiller à ce qu’aucun contenu rédigé ou réalisé par un tiers à la rédaction ne soit présenté comme l’œuvre d’un(e) collaborateur(trice) de la rédaction, que ce soit dans le média lui-même ou dans un supplément, blog, forum ou autre publié ou mis en ligne sous l’enseigne du média. Le logo de celui-ci ne peut y figurer.

 

 

6. Distinguer visuellement publicité et journalisme

 Les rédacteurs en chef et leurs délégués doivent faire en sorte que le public perçoive sans effort une différence visuelle et/ou sonore évidente et incontestable entre les contenus journalistiques émanant de la rédaction et tout autre contenu.

 

 

Mise en œuvre :

 

5.1 En presse imprimée et en ligne, toute annonce, tout contenu publicitaire présentant des ressemblances avec un contenu journalistique, tout supplément, toute production déléguée à un partenaire extérieur non-journaliste ou tout contenu n’émanant pas de la rédaction (y compris ses collaborateurs extérieurs) mais présentant des ressemblances avec un contenu journalistique doit comporter une mention indiquant visiblement qu’il n’émane pas de la rédaction : ‘publicité’, ‘publireportage’ ou ‘ce texte n’engage pas la rédaction’. Tout contenu de ce type doit être imprimé dans un corps, une position et une forme qui la distinguent du contenu rédactionnel afin d’être identifiable comme publicitaire par un lecteur même occasionnel.

 

5.2 En presse audiovisuelle, les contenus publicitaires ou publireportages (contenus informatifs rédigés et publiés pour le compte d’un ou de plusieurs donneur(s) d'ordre) doivent être clairement distingués du contenu rédactionnel par une césure perceptible (jingle, mention).

 

5.3 Les contenus journalistiques produits avec le soutien de tiers peuvent être réalisés par des journalistes pour autant qu’il n’y ait pas d’ingérence extérieure, et sous la responsabilité éditoriale des responsables de la rédaction. Si le donneur d’ordre intervient dans le contenu, celui-ci est à considérer comme publicitaire.

 

7. La publicité clandestine est interdite dans l’information.

 

8. Les médias s’interdisent d’annoncer un contenu publicitaire comme une production de la rédaction ou de lui en donner les apparences.

 

9.  Refuser la confusion des rôles

Les journalistes évitent toute confusion entre leur activité et celle du publicitaire ou du propagandiste. Ils s’interdisent de prêter leur collaboration et a fortiori leur voix, leur nom et/ou leur qualité de journaliste à des annonces publicitaires commerciales ou non- commerciales.

 

10. Les journalistes sont autorisés à mener des activités au service de tiers dans la mesure où celles-ci ne portent pas atteinte à leur indépendance.

Les critères de l’atteinte à l’indépendance tiennent à la nature de l’activité, à son caractère ponctuel ou non, à sa durée, au type de rémunération et à l’autonomie d’expression des journalistes.

 

11. Les journalistes ne peuvent prêter leur concours à des suppléments, encarts, magazines publicitaires.

Ils ne peuvent être contraints de se plier à une influence extérieure à la rédaction.

 

12. Les rédacteurs en chef et leurs délégués se portent garants que leurs collaborateurs respectent la règle précédente.

Les éditeurs ne peuvent inciter des journalistes à la transgresser.

 

13. La participation de journalistes à de la publicité ou de la promotion pour leur propre média est tolérée, à condition d’être clairement distincte des tâches d’information.

Aucun journaliste ne peut toutefois y être contraint, ni sanctionné s’il refuse cette participation. Il doit garder la maîtrise totale de son droit à l’image. Une telle démarche ne peut faire allusion à aucun partenaire ou commanditaire extérieur à la rédaction. 

Plus d'informations:
Chapitre 1Article 13 : journalisme et publicité
Chapitre 2Article 15 : information financière
Chapitre 3Article 17: méthodes loyales de recherche d’informations et exceptions
Chapitre 4Article 18 : rémunération des sources
Chapitre 5Article 23 : limites à la libre diffusion de l’information
Chapitre 6Article 25 : vie privée des personnalités publiques
Chapitre 7Article 28 : information sur les caractéristiques personnelles
Chapitre 8Article 7 : réseaux sociaux
Chapitre 9Article 9 : liberté et responsabilité journalistique
Chapitre 10Articles 1, 14 et 21 : protection des sources
Chapitre 11Articles 7 et 16 : Forums